Ceci est une version HTML d'une pièce jointe à la demande d'accès à l'information 'Sorties du dispositif RSA et sanctions allocataires RSA'.


 
 
 
 
L'Oise des droits et des devoirs 
 
 
 
 

Plan départemental de prévention et 
de lutte contre la fraude RSA 
 
 
 

Rapport annuel  
d’exécution 2018 
 
 
Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude - rapport d’activité 2018 


Introduction 
 
L’Assemblée départementale a adopté, lors de sa séance de juillet 2015 et au titre des priorités n°1 de 
l’exécutif, la création d’une cellule fraude au sein du Conseil départemental de l’Oise. 
 
Un second rapport a ensuite été présenté à la commission permanente du 9 novembre 2015, déclinant 
plus précisément les enjeux pour le Département, d’un Plan départemental de prévention et de lutte 
contre la fraude RSA (revenu de solidarité active). 
 
Le présent rapport a pour objet de faire le point sur l’activité du Département et de ses services pour le 
déploiement des actions et de la cellule fraude pour l’année 2018. 
 
Ce rapport annuel est annexé au rapport budgétaire, conformément aux engagements de l’exécutif. 
 
1.  Rappel du contexte et des notions liées au Plan de prévention et de lutte contre la fraude 
 
La  solidarité  envers  les  plus  fragiles  est  au  coeur  des  missions  du  Conseil  départemental.  Chaque 
année,  plusieurs  milliers  d'Oisiens  sont  aidés  et  accompagnés  par  des  travailleurs  sociaux  et  des 
personnels médicaux départementaux. 
 
Les  allocations  individuelles  de  solidarité  (AIS)  [Revenu  de  Solidarité  Active  (RSA)  –  Allocation 
Personnalisée  d'Autonomie  (APA)  –  Prestation  de  Compensation  du  Handicap  (PCH)]  –  sont  les 
premiers  instruments  financiers  de  cette  aide  du  Conseil  départemental,  malgré  des  compensations 
financières de l’Etat très limitées. Le RSA est l’AIS qui pèse le plus sur le budget départemental et la 
première priorité de la collectivité est donc de maîtriser son enveloppe ainsi que ses modalités de mise 
en œuvre. 
 
Le second objectif réside dans la lutte contre la fraude RSA : il s’agit d’une question de justice sociale 
envers ceux qui doivent en bénéficier à juste titre. Elle revêt un triple enjeu, social, économique et moral  
pour : 
  garantir la pérennité de notre modèle social,  
  conserver les moyens de verser ces aides dans un contexte budgétaire contraint, 
  faire prévaloir la justice et l’équité dans notre société. 
 
Il faut rappeler que le phénomène de fraude doit être distingué des problèmes récurrents de déclaration 
erronée ou tardive, qui génèrent des trop-perçus d'allocations RSA. 
 
Tout trop perçu de l'allocation RSA ne résulte pas d'un comportement frauduleux. La grande majorité 
est la conséquence d'actes involontaires, erreurs ou retards liés à la négligence ou à la complexité de la 
réglementation. 
 
La fraude n'est caractérisée que si l'erreur est délibérée. La fraude peut donc être définie comme une 
irrégularité ou une omission de manière intentionnelle au détriment du Conseil départemental. 
 
La  fraude  sociale  doit  être  combattue  et  ses  auteurs  poursuivis,  car  c'est  le  fondement  même  de  la 
solidarité  qui  est  en  jeu.  C'est  pour  des  raisons  de  justice  sociale  et  de  maintien  du  système  de 
solidarité  départementale  que  le  conseil  départemental  de  l'Oise  a  souhaité  mobiliser  des  moyens 
Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude - rapport d’activité 2018 


nouveaux dans la détection des fraudes. En ef et, toute dépense de prestation RSA faite à tort nuit à 
l'ensemble des allocataires du RSA. 
 
L’objectif premier du Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude RSA n’est donc pas 
de  stigmatiser  l’ensemble  des  allocataires  du  RSA  ou  de  s’inscrire  dans  une  logique  purement 
répressive, mais d’améliorer l’efficacité de l’action sociale du département et de renforcer sa légitimité 
auprès de l’ensemble des Oisiens.  
 
 
2.  La mise en œuvre du Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude RSA en 
2018 : Les moyens dédiés. 
 
 
2-1  La cellule fraude RSA du Conseil départemental de l’Oise 
 
Elle comprend trois agents : la coordinatrice de la cellule fraude, un agent en charge du contrôle, un 
gestionnaire administratif en charge de la gestion des sanctions. Les trois postes sont indispensables 
au  bon  fonctionnement  de  cette  cellule,  la  coordinatrice  gérant  en  parallèle  l’ensemble  des  recours 
amiables et contentieux liés au RSA, ainsi que la veille juridique de la direction, et l’appui technique de 
l’ensemble de la direction, notamment sur les questions juridiques. 
La directrice adjointe appui et ressources a été remplacée en août 2018. 
 
La  nouvelle  gestionnaire  administrative  recrutée  en  février  2017  est  absente  pour  congé  maternité 
depuis mai 2018, avec un retour prévu en avril 2019. 
L’agent en charge du contrôle a été formé par la coordinatrice de la cellule pour assurer les missions de 
la gestionnaire absente. 
 
La commission fraude, purement technique, se réunit une fois par mois pour l’étude des dossiers pour 
lesquels une amende administrative est envisagée, et se compose des membres suivants : 
 

La directrice de la DASTI ou son représentant 

La coordinatrice de la cellule fraude ainsi que ses 2 agents (gestionnaire et contrôleur) 

Un travailleur social 

Le payeur départemental ou son représentant 
  
 
2-2  Les équipes pluridisciplinaires (EP) 
 
La loi n°2008-1249 du 1er décembre 2008 qui généralise le Revenu de Solidarité Active (RSA) et qui 
réforme les politiques d’insertion et son décret d’application n°2009-404 du 15 avril 2009 relatif au RSA 
ont pris effet  le 1er juin 2009.  
 
L’article  L262-39  du  code  de  l’action  sociale  et  des  familles  (CASF)  confie  au  président  du  conseil 
départemental  le  soin  de  constituer  les  équipes  pluridisciplinaires  qui  sont  composées  de 
professionnels spécialistes de l’insertion sociale et professionnelle (représentants du département, du 
pôle emploi, des maisons de l’emploi ou, à défaut, des plans locaux pour l’insertion et l’emploi lorsqu’ils 
existent), et de représentants des bénéficiaires du RSA. 
 
Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude - rapport d’activité 2018 


Leur rôle est d’émettre un avis sur toutes demandes de réorientation, de suspension, de réduction, de 
radiation du RSA, ou concernant l’application d’amendes administratives en cas de fraude. 
 
Le Décret n°2012-294 du 1er mars 2012 relatif aux «procédures d’orientation, de   suspension et de 
radiation applicables aux bénéficiaires du RSA », vient préciser les nouvelles modalités d’orientation et 
de  sanction  du  non-respect  des  devoirs  du  bénéficiaire  du  RSA  dans  le  cadre  de  son  parcours 
d’insertion. 
Ces procédures sont encadrées par les articles L262-28 à L262-39, et, R262-40, R262-68 à R262-73 
du CASF. 
 
Les amendes administratives pouvant être prononcées par la présidente du conseil départemental sont 
quant  à  elles  encadrées  par  l’article  L262-52  du  CASF,  en  cas  de  fausse  déclaration  ou  d’omission 
délibérée  de  déclaration  ayant  abouti  au  versement  d’un  indu  RSA  socle.  Il  s’agit  d’une  procédure 
relative à la sanction de la fraude, distincte de la procédure prévue par le décret du 1er mars 2012. 
 
Depuis  le  1er  janvier  2018,  ce  sont  949  sanctions  qui  ont  été  prononcées  par  les  équipes 
pluridisciplinaires  du  département,  qui  ont  permis  de  réaliser  une  économie  de  554 819.42€.  sur 
l’allocation RSA 
 
 
2-3  Le travail collaboratif avec la CAF 
 

La  convention  de  gestion  RSA  entre  le  Conseil  départemental  et  la  Caisse  d’Allocations 
Familiales (CAF) de l'Oise a été actualisée et signée en janvier 2018. Elle est tacitement renouvelable.  
Elle donne notamment la possibilité aux services du Département de solliciter de la part de la CAF des 
missions  de  contrôle.  La  CAF  disposant  d’habilitations  légales  plus  étendues  que  celles  du  conseil 
départemental, cette possibilité est régulièrement utilisée. 
 

Dans le souci de renforcer la coopération avec la CAF en matière de gestion et de contrôle du 
droit,  une  convention  de  gestion  relative  à  l’outil  CDAP  (Consultation  du  dossier  allocataire  par  le 
partenaire) a été signée entre la CAF et le département avec la mise en place de nouveaux profils pour 
les agents du département, leur permettant un accès plus étendu au dossier des allocataires (profil « 
contrôle » et profil « contentieux ». 
 

La boite mail commune pour la cellule fraude est très utilisée : les trois agents de la cellule et la 
direction adjointe y ont accès. Elle permet de communiquer sur les dossiers fraudes avec la CAF, mais 
aussi avec la Direction des Affaires Juridiques, les gendarmeries, et les territoires. 
 

Organisation de réunions 1 à 2 fois par an avec le service fraude de la CAF pour faire le point 
sur nos procédures. Parallèlement, échanges réguliers de mails et par entretiens téléphoniques entre la 
coordinatrice de la cellule fraude du département et la responsable du service fraude de la CAF. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude - rapport d’activité 2018 


 
2-4 Les actions pour améliorer le retour à l’emploi 
 
▪ Le Bus  Départemental pour l’Emploi :  
Le  Bus   départemental  pour  l’Emploi  sillonne  les  cantons de Beauvais 1-2 et  Grandvilliers  et depuis 
octobre  2018  les  cantons  de  Crepy  en  Valois  et  Nanteuil  le  Haudoin  pour  rencontrer  les  personnes 
éloignées de l’emploi. Des agents d’accueil et des professionnels sont présents à bord des 2 bus pour 
accueillir et faciliter l’accès à l’aide à l’insertion, la formation, l’emploi. 
Entre janvier et septembre 2018, le BUS 1 (Beauvais – Grandvilliers) a accueilli 1 008 personnes lors 
des 180 permanences ; 540 entretiens individuels se sont tenus avec une conseillère emploi  
Depuis la mise en service du Bus 2 (Valois) le 2 octobre 2018, 18 permanences ont été organisées et 
125 personnes ont été accueillies ; 90 personnes sont en accompagnement « coaching-emploi ». 
 
▪ Les structures d’insertion par l’activité économique (SIAE) : 
Les SIAE sont des entreprises locales, sociales et solidaires ayant pour objectif l’accès et le retour sur 
le marché du travail des personnes éloignées de l’emploi. Pour permettre d’accompagner les personnes 
vers  l’emploi  durable,  les  SIAE  offrent  une  méthode  unique :  la  mise  en  situation  de  travail  et  un 
accompagnement social et professionnel. 
 
En 2017, le nombre d’allocataires ayant travaillé dans les ACI (Ateliers / Chantiers d’Insertion) est de 
670 ; le nombre d’allocataires ayant travaillé dans les EI (Entreprises d’Insertion) est de 19. 
Par  ailleurs,  88  personnes  ont  travaillé  dans  les  ETTI  (Entreprise  de  Travail  Temporaire  d’Insertion) 
générant  29 892  heures  de  travail   et  587  personnes  ont  travaillé  dans  les  AI  (Associations 
Intermédiaires) générant 137 315 heures de travail. 
 
L’estimation de l’économie sur l’allocation RSA du fait du non versement de l’allocation grâce aux 777 
personnes  ayant  travaillé  dans  les  ACI,  EI  et  ETTI
  est  1.250.000  €  de  un  million  deux  cent 
cinquante mille euros.
 
La durée moyenne des contrats réalisées en AI est inférieure à 3 mois et n’entraîne pas d’économie 
réelle sur l’allocation mais les AI sont des structures qui  permettent aux bénéficiaires de faire un pas 
essentiel  vers  le  retour  à  l’emploi.  Les  137 315  heures  réalisées  permettent  aux  587  bénéficiaires 
d’obtenir un gain de ressources du fait de la rémunération obtenue. 
 
 
3. 
Les objectifs et méthodes de contrôle 
 
3-1 
Prévention de la fraude au moment de l’instruction de la demande et dans le cadre de 
l’accompagnement du bénéficiaire du RSA (BRSA). 
 
  par une meilleure information des demandeurs : 
 
Les bénéficiaires du RSA sont informés dès le début du versement de la prestation des droits et devoirs 
qu’implique le bénéfice de cette prestation, ainsi que des risques encourus en cas de fraude.  
 
  par une meilleure formation des agents : 
 
Une  attention  et  un  effort  particulier  sont  portés  vers  les  agents  chargés  de  recevoir  et  traiter  les 
demandes  de  RSA  afin  de  leur  permettre  de  mieux  appréhender  les  publics  concernés  et 
d’accompagner les demandeurs. 
Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude - rapport d’activité 2018 


Un guide à destination des professionnels du département a donc été élaboré pour les soutenir dans 
leurs missions. Ce guide est actualisé tous les ans. 
 
Un règlement intérieur des équipes pluridisciplinaires a été rédigé afin d’encadrer les convocations des 
allocataires des RSA, leur accompagnement et leur suivi, et notamment afin de respecter la procédure 
relative aux sanctions qui peuvent être prononcées en cas de manquements à leurs obligations.  
 
L’ensemble des documents réalisés résultent d’un travail dynamique et concerté entre la coordinatrice 
de la cellule fraude et les chefs de service Action Sociale Territoriale et de l’Insertion. 
 
 
3-2 Les échanges d'informations entre Pôle emploi et le conseil départemental pour repérer les 
personnes qui ne sont pas inscrites à Pôle emploi 
 
Les  allocataires  RSA  les  plus  proches  de  l'emploi  sont  orientés  vers  Pôle  Emploi  pour  les  aider  à 
trouver  leur place  sur  le  marché  du  travail.  Certains d'entre  eux  ne  respectent pas  leurs devoirs,  ne 
s'inscrivent pas à Pôle emploi et, à fortiori, ne font pas toutes les démarches pour trouver un emploi. 
L'enjeu  pour  le  conseil  départemental  est  d'avoir  connaissance  rapidement  de  ces  allocataires  RSA 
pour les rappeler à leurs obligations. 
Le  Conseil  départemental  et  Pôle  Emploi  ont  signé  une  convention  de  partenariat  le  11  juin  2018 
permettant les échanges d’informations entre les deux entités afin d’enrichir les données des dossiers 
des BRSA pour un meilleur suivi de leur parcours d ‘insertion. La mise en œuvre de cette démarche n’a 
pas encore été opérée mais le travail sera initié avant la fin de l’année. 
 
 
3-3 Les méthodes de travail de l’agent de contrôle de la cellule fraude du département 
 
L’agent en charge du contrôle réalise des investigations, sur la base de recoupement de fichiers, de 
signalements  ou  d’opérations  ciblées.  Il  s’agit  de  croiser  les  données  dont  le  Conseil  départemental 
dispose pour requêter et identifier des situations de bénéficiaires du Revenu de solidarité active (BRSA) 
ne répondant pas aux critères pour bénéficier du versement de l’allocation (absence de référence, de 
contrat d’engagements réciproques ou de projet personnalisé d’accès à l’emploi, …).  
Dans  le  cadre  d’un  plan  de  contrôle  (voir  plan  de  contrôle  prévisionnel  2019  joint  en  annexe),  des 
thèmes de contrôle sont créés au fur et à mesure, tels que par exemple : 

les BRSA ne déclarant que par le WEB afin de vérifier leur présence sur le territoire français et 
l’existence d’un accompagnement par le département. La liste est fournie une fois par an par le service 
fraude de la CAF de l’Oise. 

Vérification du parcours d’insertion en place pour les allocataires faisant l’objet d’un passage en 
commission des indus ou fraudes. 
 
Ce travail permet d’alerter et de sensibiliser les travailleurs sociaux des territoires sur l’importance de 
l’accompagnement et du suivi régulier des BRSA soumis aux droits et devoirs. 
 
Depuis le 1er janvier 2018, ce sont 55 signalements qui ont été faits auprès des territoires.   
 
Par  ailleurs,  ce  suivi  régulier  permet  aux  travailleurs  sociaux  de  détecter  des  incohérences  entre  la 
situation déclarée par le BRSA et sa situation réelle (professionnelle et/ou familiale). Dans ce cadre, 
une  demande  de  contrôle  est  adressée  à  l’agent  en  charge  du  contrôle  de  la  cellule  fraude.  Il/elle 
examine et adresse ces demandes de contrôle à la CAF, et en fait le retour aux territoires. 
 
Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude - rapport d’activité 2018 


Depuis le 1er janvier 2018, ce sont 48 demandes de contrôle qui ont été envoyées à la cellule fraude 
pour analyse et transmission au service fraude de la CAF. 
Sur ces demandes la CAF a retourné 24 rapports d’enquête ; les autres demandes sont en cours de 
traitement. Sur les 24 rapports d’enquête, 4 relèvent d’une situation qualifiée de frauduleuse, 10 n’ont 
pas révélé de fraudes et les 10 autres ont, soit permis de régulariser des situations, soit le contrôle n’a 
pas été à terme compte tenu de changements de situation. 
 
 
3-4  L’intégration  du  conseil  départemental  aux  membres  du  CODAF  (comité  opérationnel 
départemental anti-fraude) 

 
La participation du département au CODAF de l’Oise est une opportunité pour renforcer son action en 
matière de prévention et de lutte contre la fraude. 
Les comités opérationnels départementaux anti-fraude, réunissent  sous la co-présidence du préfet de 
département  et  du  procureur  de  la  République  du  chef-lieu  du  département,  les  services  de  l’Etat 
(police,  gendarmerie,  administrations  préfectorale,  fiscale,  douanière  et  du  travail)  et  les  organismes 
locaux  de  protection  sociale  (Pôle  emploi,  URSSAF,  caisses  d’allocations  familiales,  d'assurance 
maladie et de retraite, le régime social des indépendants (RSI), la MSA), afin d’apporter une réponse 
globale et concertée aux phénomènes de fraude, portant atteinte aux finances publiques, notamment 
en matière de prestations sociales. 
La participation du département favorisera la bonne articulation entre les institutions.  
Cela  permettra  d’améliorer  la  connaissance  réciproque  des  situations  traitées  entre  les  services, 
d’organiser  des  opérations  conjointes  de  lutte  contre  les  fraudes  et  d’échanger  sur  les  pratiques 
(notamment sur le RSA dont la règlementation très spécifique peut échapper à certains services). 
 
Un premier courrier a été adressé à Monsieur le Préfet de l’Oise et au Procureur de la République de 
Beauvais en février 2018. 
Aucun retour de leur part n’ayant été reçu, un deuxième courrier de relance a été adressé à chacun 
d’entre eux en octobre 2018 afin d’obtenir l’autorisation de devenir membre du CODAF. 
 
 
4  -Les modalités de qualification de la fraude RSA 
 
Le service fraude de la CAF qualifie la fraude dans le cadre de sa commission administrative fraude. 
Elle  adresse  ensuite  une  lettre  de  rappel  des  obligations  déclaratives  à  l’allocataire,  et  signale,  par 
courrier, la fraude au Conseil Départemental. A ce courrier, est annexé un dossier comprenant selon 
l’origine du contrôle et l’ampleur du préjudice (RSA Socle ou préjudice mixte) : 
 
-  Le rapport de contrôle 
-  Les notifications d’indus RSA Socle sur lesquelles figurent le montant et la période. 
-  Les éléments ou pièces justificatives de la fraude 
-  La fiche de transmission au Conseil Départemental des dossiers fraude Rsa socle seule ou le 
procès-verbal  de  la  Commission  Administrative  Fraude  CAF  pour  les  cas de  préjudice  mixte 
détaillant les faits, le montant des préjudices, les périodes ainsi que les sanctions retenues par 
la  Commission  en  ce  qui  concerne  le  préjudice  CAF.  L’existence  ou  non  de  pénalités  CAF 
permettra  de  déterminer  la  sanction  que  pourra  envisager  le  département  à  l’encontre  de 
l’allocataire, l’amende administrative et les pénalités ne pouvant pas être cumulées. 
 
L’ensemble  de  ces  éléments  permet  à  la  cellule  fraude  du  département  d’étudier  le  dossier  et  de 
décider quelle poursuite engager : L’amende administrative ou le dépôt de plainte. 
Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude - rapport d’activité 2018 


 
Concernant l’amende : Le dossier fraude doit être traité en tant qu’amende administrative dès lors que 
la  CAF  n’a  pas  prononcé  de  pénalité  financière,  ce qui  se  vérifie  en  tout  premier  lieu  sur  le  rapport 
d’enquête de la commission administrative fraude adressé par la CAF. Cette amende se cumule à l’indu 
et  elle  est  calculée  d’après  le  montant  d’indu  généré.  Une  grille  fixant  le  montant  de  l’amende  en 
fonction du montant de l’indu est actualisée chaque année en fonction du plafond de la sécurité sociale. 
Le  minimum  applicable,  conformément  aux  textes  de  référence  (art.L114-17  du  code  de  la  sécurité 
sociale et L262-52 du code de l’action sociale et des familles) est 1/30ème du plafond mensuel de la 
sécurité sociale. 
La personne  concernée par  l’indu est avertie  par  courrier  recommandé  émanant  de  la  cellule fraude 
qu’elle risque de se voir appliquer une amende administrative dont le montant lui est indiqué. Elle a 
ensuite 30 jours pour transmettre les éléments de réponse qui lui paraissent nécessaires à la bonne 
appréhension de sa situation. Dans le même temps, le territoire concerné reçoit une copie du courrier 
ainsi qu’un résumé de la situation en vue de son passage en équipe pluridisciplinaire au terme du délai 
de 30 jours. L’équipe pluridisciplinaire transmet son avis après séance et la décision finale est prise par 
la commission fraude du département. 
 
Depuis le 1er janvier 2018, ce sont 121 amendes qui ont été prononcées, avec des émissions de titres 
de recettes s’élevant à un montant total de 150 304.54€. 
 
3  dossiers  pour  lesquels  une  amende  a  été  prononcée  font  l’objet  d’un  recours  auprès  du  tribunal 
administratif. Les procédures sont en cours. 
En 2017, sur 102 amendes prononcées (122 521.06€), seuls 3 recours  contentieux ont eu lieu, et le 
tribunal administratif a rendu un jugement favorable au département dans les trois affaires. 
 
Concernant  le  dépôt  de  plainte:  Lorsque  la  CAF  a  prononcé  une  pénalité  financière,  le  conseil 
départemental  étudie  alors  la  possibilité  de  déposer plainte.  Une  étude  au  cas  par  cas  des  faits  est 
réalisée par la cellule fraude, en tenant compte du montant de l’indu et du montant déjà recouvré.  
Par  ailleurs,  la  cellule  fraude  procède  à  une  vérification  de  l’ensemble  des  pièces  justificatives 
présentes dans le dossier afin de s’assurer que toutes les preuves susceptibles d’être réclamées par le 
Parquet soient disponibles. 
 
Depuis  le  1er  janvier  2018,  101  plaintes  ont  été  déposées  pour  un  montant  total  d’indus  de 
716 593.73€. 
 
Pour rappel, entre 2015 et 2017, 318 plaintes ont été déposées. 
 
A ce jour, 94 jugements ont été rendus, dont  69 favorables au département et 25 classements 
sans
 suite. 
L’absence  de  jugement  des  dossiers  toujours  en  cours  d’instruction  auprès  du  Parquet,  ou  les 
classements sans suite, ne font pour autant pas obstacle au recouvrement des indus générés par la 
fraude. 
La plainte est un des moyens de lutte contre la fraude dans la mesure où elle est dissuasive et évite les 
récidives  par  peur  des  condamnations  du  juge  correctionnel,  notamment  l’emprisonnement  et  les 
casiers judiciaires. 
 
 
 
5  La gestion des indus 
 
Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude - rapport d’activité 2018 


La DASTI dispose d’un agent gestionnaire des indus au sein de l’unité RSA.  
  5.1 Les indus transférés 
 
Il  s’agit  des  indus  que  la  CAF  a  transféré  au  département  pour  recouvrement  auprès  de  la  paierie 
départementale dans la mesure où l’allocataire ne perçoit plus aucune prestation sur lesquelles la CAF 
puisse prélever des sommes pour le remboursement de l’indu. 
 
Suite à ces transferts par la CAF, depuis le 1er janvier 2018, le gestionnaire des indus de l’unité RSA a 
émis 402 titres de recette pour un montant total d’indus de 847 594,87 €. L’allocataire reçoit par la suite 
un titre exécutoire et un courrier l’informant des modalités de remboursement à sa disposition. 
 
La paierie départementale met en œuvre une procédure de recouvrement par étapes : mise en place 
d’un échéancier en accord avec l’allocataire ; à défaut, deux lettres de relance sont adressées. Si aucun 
contact  n’est  pris  par  l’allocataire,  des  oppositions  sur  compte  bancaire,  sur  salaire  ou  sur  les 
prestations sont mises en place. Il s’agit d’ « oppositions à tiers détenteurs ». 
Cette  procédure  de  recouvrement  entraîne  la  réaction  des  personnes  concernées,  et  engendre  par 
conséquent des recours et contestations : Depuis le 1er janvier 2018, 79 recours ont été exercés pour 
un montant total d’indus de1 884 732,41 €. Ces recours portent sur des titres émis en 2018, mais aussi 
sur des titres émis les années antérieures. 
 
Il a été décidé de présenter seulement 23 recours en commission des indus du département qui se 
réunit une fois par mois, pour un montant total d’indus de 69 991,85 €. Cela signifie que 56 dossiers 
ont fait l’objet d’un rejet d’office (pour un montant d’indus s’élevant à 1 814 740.56€),
 au vu du 
délai de prescription dépassé et/ou de la mauvaise foi des allocataires concernés. 
Toutefois, le choix de porter certains recours devant la commission est fait si l’allocataire est dans les 
délais  pour  exercer  son  recours,  ou  à  défaut,  si  des  éléments  nouveaux  sont  constatés  (décès, 
difficultés financières notoires de l’allocataire,  erreurs CAF). 
Sur les 23 recours présentés en commission10 ont été rejetés, et 10 ont fait l’objet de remises 
de dettes pour un montant total de 18 852.35€, validées en commission permanente. 3 dossiers ont 
été ajournés afin d’obtenir des informations complémentaires de la CAF ou d’autres organismes. 
 
  5.2 Les indus non-transférés supérieurs à 3 600€ 
 
Conformément  à  ce  que  prévoit  la  convention  de  gestion  RSA,  la  CAF  transmet  pour  étude  au 
département,  toutes  les  demandes  de  remises  de  dettes  concernant  des  indus  RSA  supérieurs  à  3 
600€.  Il  s’agit  d’indus  toujours  en  recouvrements  auprès  de  la  CAF  (raison  pour  laquelle  ils  sont 
qualifiés de « non-transférés »). 
 
Les demandes de remise de dette pour ces indus sont étudiées au sein de la commission des indus du 
département. 
 
Depuis le 1er janvier 2018, 66 demandes de remises de dette ont été examinées par la commission 
des indus, pour un montant total d’indus s’élevant à 471 930.04€. 
53 dossiers ont fait l’objet d’un rejet pour un montant d’indus de 379 499.63€. 
12 dossiers
 ont fait l’objet d’une remise totale pour un montant d’indus de 90 180.58€. 
1 dossier
 a fait l’objet d’une remise partielle pour un montant de 2 249.83€. 
Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude - rapport d’activité 2018 


ACTIONS 2018 
RESULTATS 
Economie estimée sur l’allocation RSA 
FRAUDE 2018 
 
 
Amendes 
121 amendes  
150.304,54 € 
Plaintes 
101 plaintes / Aucun jugement rendu à ce jour 
 
Demandes de contrôles 
48 
 
Signalements aux territoires pour suivi BRSA 
55 
 
Sanctions  
949 sanctions ont été prises en Equipe pluridisciplinaires sur les territoires 
554.819,42 € 
Demande participation au CODAF 
Courriers au Préfet de l’Oise et au Parquet de Beauvais en février et octobre 2018. 
 
En attente de la réponse. 
Formation agents cellule fraude 
Formation agent de contrôle sur missions de la gestionnaire administrative fraude 
 
en congé maternité d’avril 2018 à environ mai 2019 
INDUS 2018 
 
 
Indus transférés 
402 titres de recette émis 
847.594,87 € 
Indus non-transférés supérieurs à 3 600€ 
66  demandes  de  remises  de  dette  –  13  accordées  partiellement  ou  totalement 
379.499,93 € 
pour  un  montant  de  92.430,11  €  pour  un  montant  total  initial  d’indus  s’élevant  à 
471 930.04€.  
ACTIONS  pour  améliorer  le  retour  à  l’emploi :   
 
Ateliers/Chantiers  d’Insertion  –  Entreprises  777 personnes ont travaillé dans les SIAE 
1.250.000,00 € 
d’Insertion  –  Entreprises  de  Travail  temporaire 
d’Insertion 
TOTAL 
 
3.182.218,76 € 
 
 
 
 
 
 
Titres émis par CD 
Titres pris en charge par paierie 
Reste à recouvrer 
Taux de recouvrement 
départementale 
De janvier à 
 
 
 
 
octobre 2018 
 
      
      
 
 
Indus transférés 
 847 594,87€  
847 594,87€  
749 325,94 € 
11,59% 
Amendes 
150 304.54€ 
150 304.54€ 
Attente éléments 
Attente éléments paierie 
paierie 
Dommages 
 
 
Attente éléments 
Attente éléments paierie 
intérêts suite 
1 005.02€ 
1 005.02€ 
paierie 
plaintes 
 
Les recouvrements d’indus, d’amendes et dommages intérêts se font au cas par cas, grâce à un échéancier adapté aux capacités financières de chaque allocataire. Il faut notamment prendre 
en compte les incidents de paiement qui peuvent survenir. Ces aléas sont indépendants du suivi des situations effectué par la paierie et l’unité RSA. 

Plan départemental de prévention et de lutte contre la fraude - rapport d’activité 2018 
10